berangere: (toro)
  Tentons de rattraper le retard accumulé cette semaine...
  J'avais déjà traité du site de Kamabuta ((釜蓋遺跡, ville de Jōetsu, préfecture de Niigata) en août, à l'occasion d'un article consacré à la découverte d'un très grand bâtiment semi-enterré qui était vraisemblablement un grenier à riz. Le site est daté de la fin du Yayoi Récent et du Kofun Ancien, soit une occupation vers 200 CE.
  La poursuite des fouilles a permis de dégager la base des quatre piliers conservés dans les trous de poteaux du bâtiment (le bâtiment a brûlé, le bois a été conservé car carbonisé). Les piliers mesurent 25 cm de diamètre, et ils portent des marques qui permettent de conclure qu'ils ont été taillés par des haches en fer.

  Les trous de poteaux mesurent 80 cm de diamètre et ils sont équipés au fond d'un système de soutènement qui rappelle celui déjà observé à Zanmochi.
Des poutres ont été disposées horizontalement en forme de キ ou de 井 pour soutenir le poteau, l'empêcher de glisser ou de s'enfoncer dans le sol meuble (Kamabuta, comme Zanmochi, est situé dans une zone marécageuse).








Vue de la structure de soutènement au fond d'un trou de poteau
Wooden structure at the bottom of a posthole, rice granary, Kamabuta site.



Une source )


berangere: (rizière)
  J'adore les découvertes de matières périssables...

   Le site de Kamabuta (釜蓋遺跡, ville de Jōetsu, préfecture de Niigata), à ne pas confondre avec le groupe de kofuns de Kamabuta situé dans la préfecture de Nagasaki, est un site d'habitat occupé à la toute fin de la civilisation Yayoi et au tout début de la civilisation des kofuns, vers 200 CE. Il a été fouillé dans le cadre de la construction d'une gare de Shinkansen et classé site historique national avec quelques autres sites voisins qui forment l'ensemble de sites de Hida (斐太遺跡群). En 2007 la ville de Jōetsu a décidé de lui consacrer un parc historique municipal.
   Il s'agit d'un habitat entouré d'un fossé : le premier habitat à enceinte en plaine découvert dans la préfecture de Niigata, si on excepte l'île de Sado. C'est également l'un des habitats à enceinte du Yayoi les plus septentrionaux. (L'article japonais dit "le plus septentrional", mais les lecteurs de ce blog savent que ce titre revient pour le moment à Yamamoto.) (On pourrait arguer que l'un étant un habitat de hauteur et l'autre un habitat en plaine, ils ne jouent pas dans la même catégorie.)
   Le site est bordé à l'est par une rivière et pouvait donc tenir un emplacement stratégique sur une voie fluviale.





   Si ce site est l'objet d'un article aujourd'hui, c'est parce qu'une nouvelle campagne de fouilles a permis la mise au jour dans le sud-ouest du site d'un bâtiment semi-enterré quadrangulaire de de 9,9 x 9,7 mètres de côtés, entouré de deux fossés. Il s'agit, pour tout dire, du plus grand bâtiment semi-enterré découvert à ce jour dans la préfecture pour cette période. Le bâtiment a brûlé, ce qui a permis la conservation de la structure de charpente, surmontée de blocs d'argile. La théorie dominante en matière de couverture des bâtiments protohistoriques japonais implique du chaume, de la paille, voire des branchages. L'idée qu'ils étaient recouverts de terre a commencé à se diffuser depuis quelques années seulement, et cette découverte lui apporte un argument de poids.

   Le bâtiment incendié comportait également environ un million de grains de riz carbonisés, ce qui en fait indubitablement un grenier à riz. C'est intéressant car ce n'est pas un bâtiment à plancher surélevé, bâtiments emblématiques du Yayoi qui sont généralement interprétés comme des greniers à riz. D'autant plus intéressant que des bâtiments semi-enterrés qui servent de grenier, on en connaît au Jōmon (par exemple, à Ichinosaka).
  Certains articles prétendent qu'il s'agit du plus ancien grenier à riz du Japon, ce qui peut sembler douteux, vu qu'il s'agit de la toute fin du Yayoi et que la pratique de la riziculture entre quand même dans la définition de la civilisation... On a bien entendu des traces de riz, de rizières sur ce nombreux sites. Mais, si, comme je l'ai dit plus haut, les bâtiments à plancher surélevés sont interprétés comme des greniers à riz, en a-t-on en fait la moindre preuve directe ? Quelqu'un peut-il me donner le nom d'un site sur lequel des grains de riz ont été retrouvés en contexte de stockage ? (à part "Kamabuta", forcément.) Si j'ai passé des années à recenser les différentes occurrences de grains de riz et autres céréales sur les sites du Jōmon, j'avoue m'être quelque peu désintéressée de la question sur les sites yayois...
   De toutes les façons, que ce bâtiment soit ou ne soit pas le "plus ancien grenier à riz de l'archipel", la découverte n'en reste pas pour le moins majeure, ne serait-ce que pour le toit et le nombre de grains de riz retrouvé. 

  Pour compléter le tableau, ajoutons que cette campagne de fouilles a également permis la découverte dans le nord-est du site d'un petit bâtiment à plancher surélevé (du moins des trous de poteaux qui en restaient), d'un bloc de jade pas encore façonné et d'une perle tubulaire en cours de fabrication. Si les bâtiments à plancher surélevé sont bien des greniers (soyons honnêtes, tout concorde à laisser penser qu'ils en sont), il semblerait donc que deux les types de structures de stockage pouvaient cohabiter sur un même site. J'aime quand les civilisations se révèlent bien moins homogènes qu'on aurait pu le supposer au premier abord.

La source )
berangere: (métal)
  Depuis la découverte de mobilier en bronze daté du Yayoi sur le site de Yamamoto (山元遺跡, préfecture de Niigata, ville de Murakami, Shimosukebuchi), celui-ci est considéré comme la limite septentrionale de la sphère culturelle du Yayoi de l'Ouest du Japon (et Niigata, c'est très à l'est pour une culture occidentale). Il s'agit d'un établissement de hauteur entouré d'un fossé circulaire, fouillé depuis 2009. la campagne de fouilles cette année a débuté en avril.

  La semaine dernière, son statut d'ultime frontière a été renforcé par la découverte d'une lame en fer datée du Yayoi Récent, à l'intérieur d'une vaisselle en céramique enterrée dans une zone à caractère funéraire. Il est probable que la vaisselle ait été une jarre funéraire pour un enfant périnatal. Il s'agit de la première découverte d'un objet en fer sur ce site.
  La lame mesure 8,5 cm de long, 2,4 cm de large et 2 mm d'épaisseur. Ishikawa Hideshi, de l'Université Meiji, précise que des traces à une extrémité semblent indiquer la présence d'un manche, qui complète la dague. Il fait également remarquer que l'association de mobilier à caractère fonctionnel (une dague) avec une sépulture d'enfant périnatal est très rare pour cette période.
(En règle générale, on considère que la hiérarchisation des sociétés est accompagnée d'un glissement dans les pratiques funéraires qui est particulièrement visible dans les tombes d'enfants : ils ne sont plus enterrés avec du mobilier qui représente ce qu'ils sont / font, mais ce qu'ils auraient pu / dû devenir, en fonction du statut de leur famille dans la société).

  La campagne de fouilles de cette année a permis de déterminer la présence de huit autres sépultures, et d'une autre vaisselle en céramique enterrée. Le cimetière s'étend sur 50 mètres de l'est à l'ouest.


La lame en question

Une autre photo et la source )




berangere: (tateana)
  Dans le cadre de travaux pour la construction d'une bretelle de l'autoroute nationale 8 à Itoigawa (Niigata-ken), des fouilles de sauvetage sont conduites depuis 2006.



  Le site de Rokutanda Minami comporte un établissement du Jōmon Moyen.
  La stratigraphie présente une couche de sable d'environ 1 mètre de hauteur qui correspond à un dépôt dû à une inondation
. cette année, une habitation a été découverte au dessus de cette US, alors qu'une autre avait été fouillée en 2007, presque au même endroit, mais sous cette US.



  L'habitation fouillée en 2007 a été datée de 2500 BCE environ, alors que celle découverte cette année correspond à une période allant de 2500 à 2000 BCE.
  Les archéologues de l'Agence de Recherches sur les Propriétés Culturelles Enterrées estiment que les hommes se sont réinstallés au même endroit, tout en étant conscients des risques encourus.



  Précisons que non, les japonais ne fouillent pas en commençant par les couches du dessous... "presque au même endroit", ça veut aussi dire "pas tout à fait au même endroit".
  Rokutanda est un nom très à la mode pour les sites archéologiques, en plus de celui-ci, il en existe un dans les préfectures de Shiga, Tottori, Miyagi... et même en Chine.

 

l'article du Yomiuri )

 



berangere: (magatama)
Car oui, on peut faire un article de presse sur la découverte d'une perle, j'aime le Japon.

Une perle en jade a été découverte sur le site de Chōda (ville de Hikone, préfecture de Shiga), daté du Jōmon Moyen (2500 BCE).
La perle, de forme elliptique, mesure 4 centimètres de long pour 2,2 centimètres de largeet est percée en son centre d'un trou de 0,4 centimètre de diamètre.



La perle a été retrouvée à l'extérieur de l'habitat, dans une vaisselle en céramique.

Pourquoi un article sur ça ?
En fait, la région de production principale des artefacts en jade à l'époque est la préfecture de Niigata, et une perle identique à celle de Chōda a également été retrouvée dans la préfecture de Nara : cette découverte laisse entrevoir des réseaux commerciaux.



おっしまい (oui, une brève, c'est bref)

Profile

berangere: (Default)
bérangère

Custom Text

Syndicate

RSS Atom

February 2016

S M T W T F S
 123456
78910111213
1415 1617181920
21222324252627
2829     

Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags