berangere: (Default)
  Une exposition de dōtakus (cloches en bronze) se tient du 23 avril au 6 juin au musée archéologique préfectoral de Azuchijō, qui fait décidément beaucoup parler de lui ces derniers temps.
  L'exposition, intitulée 「Les choses que l'ont peut voir à partir de la dōtaku de Ōiwayama」 s'articule donc autour de la première dōtaku de Ōiwayama (la montagne Ōiwa) retrouvée en 1881 dans la préfecture de Shiga (ville de Yasu, Koshinohara). Elle réunit 82 dōtakus complètes dont environ 60 Trésors Nationaux et Importants Trésors Nationaux (il s'agit de deux termes pour désigner le mobilier classé, comme les "Propriétés Nationales" et les "Importantes Propriétés Nationales"), de nombreux fragments et du mobilier associé, soit en tout 160 pièces.

Des precisions, des photos, la source... )
berangere: (dogu)
  La dogū de Aidanikumahara (相谷熊原遺跡、préfecture de Shiga, ville de Higashiōmi), dont nous parlions déjà il y a plusieurs mois car nous sommes à la pointe de l'actualité archéologique, a été choisie pour participer à l'exposition nationale itinérante 「Les fouilles de l'archipel japonais 2011」 qui se tiendra dans divers endroits de l'archipel entre le mois de juin 2011 et le mois février 2012.
   Elle est actuellement exposée (jusqu'au 8 mai) dans la ville de Omihachiman au musée archéologique de Azuchijō, avec une trentaine de vaisselles en céramique jōmons.
  L'exposition itinérante présentera les pièces de mobilier les plus remarquables retrouvées en fouilles l'année dernière : 550 pièces provenant de 22 sites sur tout l'archipel (le nombre de site fouillés l'année dernière a dépassé les 10.000)

Source : le Mainichi )

berangere: (yoshinogari)
  Contrairement à ce qu'affirment un bon nombre d'article sur le sujet, ça n'est pas la première fois qu'on en trouve, mais ça reste assez rare pour en parler.

  Donc parlons-en.

  Des fouilles sont conduites depuis l'année dernière sur le site de Shimohaneda (préfecture de Shiga, ville de Higashiomi) et on y a déjà trouvé des vestiges de la période kofun.
  Cette fois-ci, il s'agit d'un habitat de la fin du Jōmon Final (500 - 400 BCE environ) qui s'étend sur une zone de 400 m x 400 m environ et comporte des habitations semi-enterrées, des bâtiments à plancher surélevé, des tombes en fosses et des tombes en jarres.
  La plupart des articles de journaux indiquent que c'est la première fois que l'on trouve des habitations semi-enterrées et des bâtiments à plancher surélevé sur le même site du Jōmon Final dans le Kinki alors qu'il y en a à Kannonji Honma (préfecture de Nara, ville de Gose). Mais avec deux sites pour toute une région, on peut tout de même considérer que c'est une configuration rare. De même la cohabitation d'habitations semi-enterrées avec des tombes en fosses et des tombes en jarres ne se retrouve dans le Kinki que sur le site de Kamisato (ville de Kyōto, Nishikyō). En revanche, l'association habitations semi-enterrées + bâtiments à planchers surélevés + tombes en jarres + tombes en fosses, ça, c'est une première pour le Kinki au Jōmon Final (oui, on trouve toujours une configuration pour laquelle on a "le premier", "le seul" ou "le plus vieux" site).



Les tres nombreuses sources et leurs informations contradictoires )
berangere: (magatama)
Car oui, on peut faire un article de presse sur la découverte d'une perle, j'aime le Japon.

Une perle en jade a été découverte sur le site de Chōda (ville de Hikone, préfecture de Shiga), daté du Jōmon Moyen (2500 BCE).
La perle, de forme elliptique, mesure 4 centimètres de long pour 2,2 centimètres de largeet est percée en son centre d'un trou de 0,4 centimètre de diamètre.



La perle a été retrouvée à l'extérieur de l'habitat, dans une vaisselle en céramique.

Pourquoi un article sur ça ?
En fait, la région de production principale des artefacts en jade à l'époque est la préfecture de Niigata, et une perle identique à celle de Chōda a également été retrouvée dans la préfecture de Nara : cette découverte laisse entrevoir des réseaux commerciaux.



おっしまい (oui, une brève, c'est bref)
berangere: (dogu)
  Nous n'en doutions pas, mais son existence dans certaines parties de l'archipel est pour le moins plutôt théorique. Il faut dire aussi que même sans se limiter au Proto-Jōmon, lorsque l'on regarde une carte des sites majeurs de la civilisation Jōmon, ça donne quelque chose dans ce goût là :



  Pas grand chose à l'ouest de la baie d'Ise, à vrai dire (la croix rouge sur la carte).

  Et bien le Kinki s'enorgueillit depuis la semaine dernière de son premier site d'habitat du Proto-Jōmon \(^o^)/ !

  Le site de Aidanikumahara (相谷熊原) (Higashiōmi-shi, Shiga-ken), date de 13.000 ans BP (environ, nous ne sommes plus à 500 ans près...) est un village, qui comporte (en l'état actuel des fouilles) cinq habitations semi-enterrées.


(carte utile permettant de vous y rendre en transports en commun)

  Les bâtiments, circulaires, mesurent de 5 à 8 mètres de diamètre, pour une profondeur de 0,6 à 1 mètre. Aucun d'entre eux n'en recoupe un autre, il est donc possible qu'ils soient contemporains, ce qui correspondrait à la formation d'un village. La datation, très haute, a été obtenue en se basant à la fois sur la typologie céramique et le carbone 14 (car au Japon, malgré une technologie de pointe, un matériel disponible et des financements importants... aucune date C14 ne saurait être prise au sérieux si elle n'est pas corroborée par la typo céramique... fort heureusement, celle-ci l'est).

  Les villages Proto-Jōmon sont en règle générale assez peu nombreux sur l'archipel (sauf dans la préfecture de Kagoshima, où on ne peut pas faire un kilomètre sans tomber sur l'un d'eux...), une cinquantaine tout au plus, mais ils ont permis d'établir quelques statistiques, et on peut constater (pour autant que ce soit significatif compte tenu des distances et du nombre de sites engagés) que les habitations de Aidanikumahara sont plus grandes et plus profondes que la moyenne (mesures moyennes : de 3 à 5 mètres de diamètre et de 0,3 à 0,4 mètre de profondeur).



  Outre l'extraordinarité de ce site en lui même, du fait qu'il "prouve que le Kinki n'était pas en retard sur les autres régions" (prof. Matsuda Shin'ichi, Institut Archéologique de Kashihara, Nara-ken), il donne également au Kinki l'une des plus anciennes dog
ūs de l'archipel, retrouvée dans l'une des habitations (topogaphiquement la plus élevée, mais on ne peut pas déclarer qu'il s'agit là d'une caractéristique significative).

  Il s'agit d'une représentation réaliste de la moitié supérieure d'un corps féminin. Elle mesure 3,1 centimètres de haut, et 2,7 centimètres de large dans sa partie la plus épaisse. Elle pèse 14,6 grammes. Les bras et les jambes ne sont pas représentés, un trou dans le cou (3 millimètres de diamètre, 2 centimètres de profondeur) peut laisser envisager l'existence d'une tête indépendante, qui n'a pas été retrouvée. Le bas de la statuette est plat, elle est stable quand elle est posée sur une surface plane.

Selon Izumi Takura (Université de Ky
ōto), "l'emphase sur la poitrine correspond à une importance chez les premiers peuples sédentaires de la fertilité, de la régénération de la vie".



  Oui, ça n'est pas bien gros, mais c'est une découverte majeure, qui peut laisser supposer qu'un groupe humain possédant un univers spirituel développé habitait l'ouest du Japon il y a 13.000 ans (ou bien qu'une petite fille a perdu sa poupée...). Associées au site en lui même, qui indique que cette population était probablement sédentaire, ces informations représentent plus que tout ce que l'on savait sur cette région à cette période jusqu'à présent.
  Si la zone de fouille est étendue, il est possible que l'on découvre que le village était en fait encore plus grand.

Source : http://osaka.yomiuri.co.jp/inishie/news/20100530-OYO8T00316.htm

 

English translation )

 

Profile

berangere: (Default)
bérangère

Custom Text

Syndicate

RSS Atom

February 2016

S M T W T F S
 123456
78910111213
1415 1617181920
21222324252627
2829     

Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags