berangere: (jomon doki)
  Le Musée National de Nara propose jusqu'au 13 février une exposition du matériel retrouvé à Ondashi (préfecture de Yamagata).

  Yamagata, ce n'est pas vraiment juste à côté de Nara.



  Mais le mobilier exposé est assez exceptionnel pour justifier une expo itinérante.
  Ondashi est un site d'habitat de la deuxième moitié du Jōmon Ancien (vers 3500 BCE), fouillé depuis 1985.
Il a livré les 「plus anciens artefacts laqués entiers au monde」 (oui, parce que des traces de laque on en a avant, mais là, les objets sont entiers) (on trouve toujours le moyen d'être le plus ancien quelque chose au monde, comme je le faisais déjà remarquer précédemment) (mais cessons là ces remarques ironiques, qui pourraient laisser penser que je remets en cause le caractère exceptionnel du mobilier découvert à Ondashi, ce qui n'est absolument pas le cas).

Une vingtaine de pots de type saishitsu sont exposés à Nara.



  Motifs noirs sur fond rouge, je compatis avec ceux à qui cela rappelle de douloureux souvenirs de cours sur la céramique grecque...
La plupart de ces pots ont le statut de 「propriété culturelle d'importance」 MAIS ! Malgré tout le poids que la typologie céramique peut avoir dans l'archéologie japonaise, l'exposition devra essentiellement sa popularité auprès du grand public à ça :




Des décors d'habitation ? Des masques rituels ?  Des fragments de dogū ? Que nenni !

Une autre image ?




Ça, ce sont les 「très célèbres biscuits jōmons de Ondashi」 !

Et on en a retrouvé un grand nombre :



(Ici dans leur vitrine dans la préfecture de Yamagata)

  Ils sont composés d'un mélange de farines de châtaigne et de noix, auxquelles on a ajouté du sang et de la viande de cerf ou/et de sanglier, ainsi que des œufs. Ces biscuits sont décorés de motifs curvilignes. On en vient à se demander s'il y avait des choses que les jōmons ne décoraient pas...

  Iwato Akiko, qui travaille au Musée National de Nara "veut faire ressentir aux gens qu'au
Jōmon, qui est envisagé comme une époque sauvage, existaient un art et une spiritualité de haut niveau".
  Dans un pays où 90% des émissions de télé sont totalement ou partiellement dédiés à l'appréciation la nourriture, nul doute qu'elle va atteindre son but.


Le Mainichi !  )

Ichinosaka

Sep. 4th, 2010 01:53 pm
berangere: (toro)

  Dans le cadre du mouvement de résistance contre le monopole de Sannai-Maruyama dans les médias occidentaux (c’est pas non plus qu’on en parle tous les soirs au 20 heures, mais quand même), je présente aujourd'hui le site de Ichinosaka, qui comporte des habitations de grande ampleur plus longues que celles de Sannai-Maruyama !!

  Bon, d’accord, le site n’en compte que deux alors que Sannai-Maruyama doit bien en avoir une trouzaine.

  Mais 43,5 x 4 mètres ! Qui dit mieux ?

  Personne. En tous cas, personne dont j’aie entendu parler.

 

  Le site de Ichinosaka (Yamagata-ken, Yonezawa-shi, Yarai-chō) est situé dans le bassin de Yonezawa dans le sud de la préfecture de Yamagata. Il s’agit d’un village du Jōmon Ancien situé sur une terrasse de rivière, au sud-ouest du bassin, sur une pente qui s’incline de l’ouest vers l’est. La terrasse mesure 90 mètres d’est en ouest et 80 du nord au sud. Le site a été fouillé en 1989 par le Comité d’Éducation de la ville de Yonezawa, dans le cadre d’un plan de développement résidentiel, puis il a été l’objet de fouilles extensives de 1990 à 1994 au vu de l’importance des découvertes (le plan d’urbanisation a été abandonné).

 

  On y a trouvé une habitation de grande ampleur (traduction du terme officiel de 大型住居) de 43,5 x 4 mètres, pour une surface de 180 m², dont le grand axe est orienté est-ouest. Les trous de poteaux pour la charpente sont situés proches des parois. Elle comporte 6 foyers.

  La prospection laisse penser qu’il existe une autre habitation de grande ampleur, mesurant environ 50 mètres de long. Encore plus grande ! Aha !


Impressionnant hein ? 

 

  Le site comporte 24 habitations de taille « normale », dont 8 sont très proches les unes des autres et agencées en un arc de cercle. Elles sont contemporaines et se distribuent selon un axe nord-sud, avec des espaces entre les habitations de 30 à 50 centimètres seulement. Il est possible que certains bâtiments aient partagé des murs ou aient eu un toit commun. Le groupe de bâtiments s’étend sur environ 50 mètres. L’une de ces habitations est rectangulaire, avec un grand axe de 13 mètres de long. Les autres sont carrées ou légèrement rectangulaires, avec des côtés de 4 à 5 mètres de long.

  Après que ces habitations ont été abandonnées, d’autres habitations ont été construites, et on compte en tout 5 phases d’occupation du site.

  Le site comporte également 6 tombes avec des inhumations en pleine terre, situées à l’intérieur de l’aire délimitée pas les habitations, à l’est de la terrasse, vers le cours d’eau.

 

  Les huit habitations qui forment l’arc de cercle et les deux habitations de grande ampleur sont situées au nord du terrain et donnent au village la forme d’un fer à cheval assez caractéristique des habitats jōmons.

 

  Dans l’habitation de grande ampleur qui a été fouillée, on a retrouvé un important mobilier lithique comportant essentiellement des outils en cours de fabrication et des éclats. Le mobilier lithique est composé de pointes de flèches, de lames et de pointes de harpons en schiste, ainsi que de pierres à moudre.

  Le mobilier céramique est très fragmentaire, présentant seulement 1% de vaisselles entières.


 

  Les matières premières proviennent pour la plupart du bassin de Yonezawa, des sites de Ochidai, Joshima et Nakayama. On retrouve très peu de matières premières brutes ou même dégrossies sur le site : un premier travail devait être effectué sur le site d’extraction.

  Les outils fabriqués à Ichinosaka étaient distribués dans tout le sud du Tōhoku, le Kantō et le Chūbu.

  L’habitation de grande ampleur comportait également un très grand nombre de noix carbonisées.

 

  Il semble qu’il s’agissait d’un atelier de fabrication de mobilier lithique et d’un lieu de stockage pour les ressources.

 

  Le site est important d’abord à cause de sa datation haute au Jōmon Ancien. Mais il ne s’agit pas là des plus anciennes habitations de grande ampleur sur l’archipel, ce type de bâtiments apparaissant très tôt, dès le Jōmon Initial. Il s’agit cependant d’habitations de très grande taille dans la typologie des bâtiments de grande ampleur, les plus grandes trouvées à ce jour. Le mobilier qui y est associé permet de présumer de leur fonction, et l’importance du centre de production de mobilier lithique, ainsi que la distribution des produits finis, permet d’envisager les réseaux d’échanges de l’époque.

 

  Et malgré tout cela quand on tape « ichinosaka » dans un moteur de recherche, pas un seul des sites sur la première page ne fait référence au site archéologique. En tapant « ichinosaka site » un seul lien correspond au site jōmon. Si je tape « Sannai », sans même « Maruyama », le premier lien est le site officiel. Il y a encore du travail pour diversifier la documentation en langue occidentale…

Profile

berangere: (Default)
bérangère

Custom Text

Syndicate

RSS Atom

February 2016

S M T W T F S
 123456
78910111213
1415 1617181920
21222324252627
2829     

Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags