berangere: (rizière)
   Les vestiges de rizières du Yayoi ne sont pas exceptionnels sur l'archipel, mais en comparaison avec les autres types de sites, ils restent relativement rares : ce sont toujours les mêmes terres qui ont été réutilisées au cours des siècles pour produire le riz, et leur entretien détruit sans cesse les traces des exploitations ultérieures.
   Pour qu'on trouve d'anciennes rizières, il faut que celles-ci aient été victimes d'une crue de la rivière adjacente, apportant assez de terre pour que les nouvelles rizières creusées au même endroit n'atteignent pas les précédentes. Les catastrophes naturelles soudaines sont bien souvent les meilleurs alliés des archéologues.

   C'est une catastrophe de ce type qui a enfoui au Yayoi Ancien (vers 400 BCE) les rizières du site de Nakanishi (中西遺跡, préfecture de Nara, ville de Gose, Jō) sous 0,5 à 1,5 m de terre.

   Le site est fouillé avant la construction d'un échangeur sur la route KyōNaWa (qui va, je pense, de Kyōto à Wakayama en passant par Nara). 7.400 m² de rizières ont été dégagés l'année dernière. La campagne de cette année, débutée en avril, couvrait 13.500 m², dont 9.000 se sont avéré être des rizières.
   La plupart des rizières sont petites : 4 mètres d'est en ouest, par 3 mètres du nord au sud, bien délimitées par des levées de terre. On en a trouvé plus de 850. Comme le terrain est légèrement en pente, il a été nécessaire de le niveler, opération rendue plus facile par le morcellement du terrain en unités de petite taille.

   Au nord de Nakanishi, les rizières se prolongent sur le site de Akitsu (秋津遺跡), fouillé de longue date (j'avais fait un article sur son occupation Jōmon il y a plusieurs semaines). Elles semblent s'étendre également vers l'est et l'ouest sur des zones qui n'ont pas encore été fouillées. Avec 20.400 m² de rizières fouillées pour le moment, les sites de Nakanishi et Akitsu constituent la plus grande étendue de rizières du Yayoi Ancien.
   Le record était auparavant détenu par le site de Hattori (服部遺跡, préfecture de Shiga, ville de Moriyama, quartier de Hattori) avec 18.700 m² de rizières fouillées, talonné par le site de Ikeshima-Fukumanji (池島福万時遺跡, Ōsaka, villes de Higashi-Ōsaka et Yao) avec 18.000 m².



















Largest paddy-field complex in Japan for Early Yayoi




  J'en profite pour mentionner la campagne de fouilles de l'année dernière, au cours de laquelle on avait trouvé les vestiges d'une forêt du Yayoi Ancien (200 arbres) au sud des rizières, dont elle était séparée par un fossé. Ce blog fait un compte rendu très détaillé de la conférence d'explications sur site, avec de nombreuses photos (deuxième article, intitulé 炎天下で行われた現地説明会). Il y a notamment un micocoulier (Celtis sinensis var.japonica) dont le tronc a été brûlé puis coupé à 80-100 centimètres du sol.


Japanese hackberry, burnt and then cut by Yayoi people

Les sources )

 

 




berangere: (Default)
article précédent

  Nous avions rapporté il y a quelques mois la découverte exceptionnelle des vestiges de ce qui était probablement un atelier de travail du bois à grande échelle du Yayoi Ancien (300 BCE) sur le site de Tachino (立野遺跡, préfecture de Wakayama, ville de Susami).
  Les fouilles ont eu lieu d'août 2010 à mars 2011, dans le cadre de l'extension de l'autoroute du Kinki. La zone fouillée s'étend sur 8500 m² et le site en lui même est situé dans la portion ouest de cette zone. En plus des troncs d'arbres immergés dans le lit de la rivière, de nombreuses pièces de mobilier en bois, produits finis ou en cours de fabrication, ont été sortis de terre.
  Kawasaki Masahi, responsable des fouilles, indique qu'il s'agit "sans doute possible d'un site correspondant à l'installation d'un groupe humain venu dans le but d'exploiter les abondantes ressources forestières alentours".

  Le fait qu'il s'agit d'un atelier de production de biens destinés au commerce est corroboré par de nombreux indices en plus du nombre très important de pièces retrouvées. Par exemple, de très nombreux arcs ont été sortis de terre (pour la plupart fragmentaires), mais les pointes de flèches qui devraient leur être associées étaient comparativement peu abondantes : s'il s'était agit d'un habitat dont l'économie était centrée sur la chasse, les pointes de flèches auraient été trouvées en quantité importante également. Il semble donc que les arcs n'aient pas été utilisés sur place, mais destinés à être exportés vers l'extérieur du site.



La suite, des photos et la source )

Itazuke

Mar. 3rd, 2011 05:28 pm
berangere: (itazuke)
  La déferlante Kofun continuant de noyer les actualités archéologiques, voici une présentation de Itazuke, qui est peut-être mon site préféré. Il est dans le top 10 en tous cas.
  Itazuke (板付遺跡), site phare de la transition entre le Jōmon et le Yayoi, complètement inconnu des riverains*...

  Situé sur le plateau d'Itazuke (préfecture de Fukuoka, ville de Fukuoka, quartier de Hakata) sur une terrasse basse, le site d'Itazuke est un habitat à enceinte occupé du Jōmon Final au Yayoi Récent. Il est classé Site Historique National depuis 1976 car je ne suis pas la seule à penser qu'il est formidable.
  Le plateau d'Itazuke mesure 650 x 200 mètres environ et est bordé à l'est par la rivière Mikasa et à l'ouest par la rivière Morooka.
















Par ici )


* véridique : je connais plusieurs personnes dans la ville de Fukuoka qui n'en ont jamais entendu parler.
** fouilles de Hashimuregawa, préfecture de Kagoshima.
berangere: (rizière)
Ils ont des champs de riz rouge !


Yoshinogari, hier... et il y a 2000 ans.

Récolte prévue pour la mi-octobre.
berangere: (yoshinogari)
Des graines de millet des oiseaux (Setaria italica) et de millet commun (Panicum miliaceum) [en japonais respectivement 粟 あわ awa, et 黍 きび kibi, faisons annexe de "l'idiotisme japonais inutile du jour", ça ne peut pas faire de mal], ont été retrouvées sur le site de Shô-Kuramoto (quartier de Kuramoto, ville de Tokushima, préfecture de Tokushima) lors de fouilles de sauvetage qui ont eu lieu en 2006 et 2007, et dont le matériel vient d'être analysé.
La fouille concernait un champ d'environ 190 m², qui a livré environ 500 graines datées par AMS par le Musée National d'Histoire des Traditions (préfecture de Chiba) du Yayoi Ancien. À l'époque de sa découverte, il s'agissait seulement du troisième champ "sec" du Yayoi Ancien découvert sur l'archipel.
Le "laboratoire de recherches sur les propriétés culturelles importantes de Tokushima" indique que cela confirme la culture au Yayoi Ancien d'autres plantes en plus du riz, qui est fragile et facilement détruit par les inondations, remettant en cause la vision traditionnelle d'une société Yayoi uniquement basée sur la culture du riz.

(On peut aussi voir ça comme une continuité de la civilisation précédente : ces deux plantes étaient cultivées au Jomon. Et les populations n'avaient peut-être pas envie de renoncer à la grande variété de leur régime alimentaire)


Le site comporte également un habitat enclos et des rizières. On y remarque également un barrage de rivière, élément du système d'irrigation des rizières. C'est le deuxième découvert dans la préfecture, l'autre étant situé sur le site voisin de Minami-Kuramoto. Ce dernier comporte 67 "pieux" et 6 planches. Les pieux sont en cyprès japonais, ils mesurent 3 à 5 centimètres de large et 30 à 70 centimètres de long. Ils sont espacés de 15 à 20 centimètres, dans le cours de la rivière. Les planches mesurent 20 centimètres de large, 40 de haut, et 1,5 d'épaisseur. Elles ont été retrouvées en place, intercalées entre les pieux. Le barrage a une largeur totale de 2,1 mètres et montre des traces de réparation nombreuses avant son enfouissement définitif suite à une crue de la rivière. On connaît une dizaine de ces installations dans l'ensemble de l'archipel (dont un ici).

Une exposition des découvertes concernant les graines de millet se tient jusqu'au 16 à l'Université de Tokushima, Pavillon Nippo-Asiatique, 1er étage.



Jolie image des graines de millet

www.yomiuri.co.jp/e-japan/tokushima/news/20100307-OYT8T00604.htm
selfpit.way-nifty.com/selfpit/2007/03/post_071e.html
selfpit.way-nifty.com/selfpit/2008/03/post_fa68.html
berangere: (itazuke)

La domestication des châtaigniers avait déjà été soupçonnée dans le nord de l'archipel (à Sannai Maruyama, pour ne pas le nommer...) suite à l'observation d'une baisse de la diversité génétique dans les pollens récoltés. Le site de Kannonji Honma à Kashihara (Nara-ken) nous fournit une nouvelle preuve de cette pratique, directe cette fois-ci, puisqu'il s'agit de la découverte d'un "champ" de châtaigniers, à proximité d'un habitat.

Le site est daté du milieu du Jomon Final (vers 800 BCE)et comporte donc un habitat, un cimetière et une aire consacrée à la domestication des végétaux, à environ 300 mètres de l'habitat.
La zone concernée par la sylviculture est un carré de terre de 80 mètres de côté entouré d'un canal. Les fouilles menées en 2008 ont permis de dégager 145 arbres distincts, qu'il s'agisse de souches d'arbres en place ou de bois abattu. 68 individus ont fait l'objet d'analyses qui ont permis de déterminer qu'ils appartiennent à 23 variétés différentes, dont 13 variétés de châtaigniers et marronniers dont les fruits sont comestibles.
Les châtaigniers sont représentés par 40 individus, dont 25 souches en place. Les troncs mesurent environ 50 centimètres de diamètre.
Ils sont concentrés dans une zone de laquelle les autres espèces sont absentes, ce qui induit une déforestation sélective de la part des populations jomons.





osaka.yomiuri.co.jp/news/20100227-OYO1T00372.htm
sankei.jp.msn.com/culture/academic/100226/acd1002262059003-n1.htm
berangere: (yoshinogari)
Le quartier de Ikeshima-Fukumanji (Higashi-Osaka, Ikeshima-machi) a été le lieu ces dernières années de nombreuses fouilles dans le cadre du plan anti-inondations mené par la ville de Osaka sur la rivière Onchi.
Ces fouilles ont permis la découverte d'un important réseau de rizières datées du Yayoi Ancien à la période Kofun.


Le réseau de rizières du Yayoi Récent

La dernière zone fouillée, d'environ 4.000 m², comportait une partie du lit fossile de la rivière, coulant du sud vers le nord. Elle mesurait entre 19 et 24 mètres de large pour une profondeur de 2 mètres. Le chantier couvrait une portion de rive de 70 mètres de long.
Sur la rive est, une levée de terre artificielle de 2 mètres de large (pour une hauteur conservée de 50 à 60 centimètres) protégeait les rizières.


Le lit de la rivière (à droite) et les rizières

Cette campagne a mis au jour quatre rizières délimitées par des levées de terre, mais également les vestiges d'un barrage de 40 à 50 poteaux de bois établi dans le lit de la rivière afin d'en récupérer l'eau pour l'irrigation des champs.

Cette découverte, datée du Yayoi Moyen, permet une meilleure appréhension de la technologie agricole yayoi.

Sources : http://www.yomiuri.co.jp/tabi/news/20100216-OYT8T00865.htm
http://www.occh.or.jp/shuppan_shiryo/pdf/gensetsu/0906ikeshima_shiryou.pdf
http://www.occh.or.jp/shuppan_shiryo/pdf/gensetsu/h19_093.pdf
http://selfpit.way-nifty.com/selfpit/2009/07/post-4191.html
...

Profile

berangere: (Default)
bérangère

Custom Text

Syndicate

RSS Atom

February 2016

S M T W T F S
 123456
78910111213
1415 1617181920
21222324252627
2829     

Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags