berangere: (rizière)

En raison de son incroyable popularité, notre série "La préhistoire d'Okinawa n'est pas un mythe" devient hebdomadaire ! Quoi qu'en pensent les sceptiques, les preuves de son existence s'accumulent et des gens font même des conférences sur sites pour répandre la bonne nouvelle.

 
carte de localisation du site  Le site de Kiyūna agaribaru nu bataki (喜友名東原ヌバタキ, Kiyūna, ville de Ginowan, préfecture d'Okinawa) a fait l'objet d'une cinquième campagne de fouilles par le Comité d'Éducation de la ville de Ginowan cet été, de juin à début septembre, avant la construction d'un immeuble d'habitations. Il s'agit d'un site d'habitat daté des alentours de 500 BCE, à la toute fin de la Période des Amas Coquilliers Moyen (ce qui correspond en gros au Jōmon Final, mais comme la préhistoire d'Okinawa existe avec plusieurs centaines de kilomètres d'eau entre elle et la civilisation Jōmon, elle a le droit d'avoir sa propre terminologie). Les précédentes campagnes ont permis d'identifier vingt-et-une (21) habitations, des foyers extérieurs et des silos / fosses. Le mobilier comporte des vaisselles locales (de type Kayauchibanta et Uzahama), des vaisselles importées de Kyūshū du Yayoi Initial (datées de 2670 BP), des outils lithiques, des coquillages percés et des écofacts (des graines).

Le site est donc particulièrement intéressant parce que 1- il s'agit d'un site archéologique, tous les sites archéologiques sont intéressants ; 2- il permet d'obtenir des indices sur les relations entre Okinawa et le Japon ; 3- ces informations concernent une période de transition entre deux (2) civilisations sur l'archipel japonais, et les transitions sont toujours des périodes amusantes.

 

Cette année, la campagne de fouilles a permis de mettre au jour six (6) habitations, une dizaine de foyers-fosses et des zones de passage (des chemins entre les habitations).

Comme la plupart du temps pour la civilisation Jōmon et la civilisation des Amas Coquilliers, les habitations sont semi-enterrées, creusées dans le sol géologique. Le site est situé dans un endroit ou le sol géologique n'est pas particulièrement épais et dans plusieurs habitations, le creusement atteint la roche mère. Dans cette partie d'Okinawa, la roche mère est du calcaire des Ryūkyū, qui présente une surface très irrégulière. Dans les habitations où cet horizon a été atteint, la roche a été aplanie, probablement par percussions répétées avec d'autres blocs de roche, ce qui a dû représenter un travail conséquent. Après cette préparation, une couche de terre a été déposée sur la surface aplanie. Ce type de sol d'habitation avec dépôt volontaire d'une couche de terre est une hariyuka.

 

 

 

 

 

 

berangere: (jomon doki)
  Onze habitations avaient été découvertes en 2010 sur le site de Shigareyama-nishi, situé sur une terrasse au bord de la rivière Tate (然山西遺跡, Uchinoyama, ville de Bando, préfecture de Ibaraki). Une nouvelle campagne de fouilles est en cours depuis octobre 2011 sur une zone de 12.000 m² (entre 12 et 16 mètres d'altitude). Elle a permis de dégager vingt-trois habitations du Jōmon Ancien, deux du Kofun Récent et cinq du début de la civilisation Heian.

   Les habitations du Jōmon sont rectangulaires à ovales, de 6 par 5 mètres environ. Elles sont creusées dans le sol jusqu'à 70 centimètres de profondeur et certaines comportent plusieurs foyers. L'occupation est datée des alentours de 3.500 BCE, sur une longue durée : toutes les habitations ne sont pas contemporaines.
   Le site comporte également trois amas coquilliers distincts qui occupent l'empreinte négative laissée par certaines habitations abandonnées, plusieurs foyers extérieurs, une centaine de fosses, plusieurs fossés et une voie de circulation.

   Les coquillages qui constituent les amas coquilliers sont essentiellement des palourdes : plus de cent quarante mille spécimens de yamato shijimi (Corbicula japonaica). On trouve également des sarubō (Anadura broughtoni) et des hamaguri (Meretrix lusoria). Tous ces coquillages sont caractéristiques des zones d'estuaires : au moment du réchauffement climatique du Jōmon Ancien, la mer (située actuellement à plus de 90 kilomètres en aval du site) se trouvait à proximité immédiate de Shigareyama-nishi, et les populations jōmons exploitaient les ressources de l'estuaire de la rivière Tate.
  Des pointes de flèches, des poids de filets et des pierres à moudre retrouvés sur le site indiquent que la chasse, la pêche et la cueillette leur permettaient de compléter leur régime alimentaire.


Une habitation pleine de coquillages
A dwelling full of shells



Pierre à moudre et vaisselles en céramique
Grinding stone and ceramic vessels


   En complément du mobilier lithique, le mobilier céramique mérite d'être mentionné. Très abondant, il est essentiellement composé de bols profonds (fukabachi) et de bols peu profonds (asabachi). Les marques d'utilisation relevées sur les bols profonds indiquent qu'ils servaient à la cuisson des aliments et au stockage des denrées.
   Trois anses à décor figuratif animal (獣面把手, jūmentotte) ont été trouvées sur le site. Elles représentent des sangliers et un lapin. Ce type d'anses est assez fréquent dans l'ouest du Kantō à l'époque.


Nombreuses vaisselles en céramique en place dans l'habitation 32
Many ceramic vessels in dwelling number 32


English Translation )



Les sources )

Oui, je sais... tellement d'articles et pas une seule photo des jūmentotte...
berangere: (anthropo fun)
  En raison du sol volcanique, les os sont rarement conservés sur les sites japonais. On les trouve presqu'exclusivement dans les amas coquilliers formés autour des habitats, essentiellement sur la côte pacifique de l'archipel. Les amas coquilliers sont beaucoup plus rares de l'autre côté, vers la Mer du Japon (mais ils existent, hello, Odake), nous avons donc peu d'ossements humains pour toute cette zone.
  Voila pourquoi le site de Sotomeyachi (五月女萢遺跡, préfecture d'Aomori, Goshogawara-shi) est assez exceptionnel : il a livré des sépultures contenant des os, et il n'est même pas un amas coquillier ! Bon, il est tellement près de la mer que des coquillages se sont mélangés au sable du sol pour former un milieu beaucoup moins acide, et beaucoup plus propice à la conservation des os et autres matières dures animales.

  Le site comporte 103 fosses, dont 80 sont probablement des tombes (on espère trouver d'autres ossements à l'avenir). Il est daté du Jōmon Récent et du Jōmon Final (occupation de 1000 à 300 BCE).
  Les ossements ont été retrouvés dans trois fosses : l'une d'elle contenait un adulte complet, dont le crâne montre des extractions volontaires de dents, une autre contenait le crâne d'un enfant d'une dizaine d'années et une troisième un adulte incomplet. Une autre fosse a livré des dents associées à un instrument en jade et des traces d'ocre : il s'agit probablement d'une sépulture avec mobilier funéraire.
En dehors de ces éléments funéraires, on a également retrouvé la trace d'une voie de circulation, des fragments de dogūs (figurines en terre cuite), de sekibōs (sceptres en pierre), des tessons de vaisselles en céramique, jetés dans ce qui semble être un dépotoir.

  Malgré la taille réduite de la collection, au vu du manque de données ostéologiques pour cette région, il s'agit d'une découverte importante et des analyses ADN sont prévues. Chaque squelette permettra un jour d'avoir une vision plus précise des populations jōmons.

Illustrations et sources )
berangere: (Default)
... bien que j'aie du mal à comprendre comment on peut confondre les deux. Si on exclut les pratiques cannibales.

   Ōfuru II (大古Ⅱ遺跡, préfecture de Wakayama, district de Nishimuro, ville de Shirahama, Ōfuru) est un des sites fouillés dans le cadre de l'extension vers le sud de l'autoroute du Kinki, comme Tachino. Quatre zones de fouilles ont été ouvertes, sous les quatre futures piles d'un futur pont, sur une surface de 1100 m².
  On y a découvert une canalisation moderne de 4 x 20 mètres, un bâtiment antique sur pilotis, et quantité de vestiges du Yayoi Moyen (1000 BCE) : des trous de poteaux, des tessons, du mobilier lithique dont de nombreuses pointes de flèches, et ce qui nous intéresse dans le cadre de cet article : 20 à 30 fosses (qui doivent être comme le menhir qu'on ne peut pas compter, sinon, je ne vois pas pourquoi on n'en connaît pas le nombre exact...), accompagnées d'un mobilier identifié comme des ustensiles de cuisine. Le mobilier était à l'intérieur des fosses et disséminé autour.


des ptits trous des ptits trous, encore des ptits trous...

  Les fosses sont elliptiques et mesurent de 1 à 2,50 m de long pour 0,5 à 1 m de profondeur. Les "ustensiles de cuisine" comportent de grandes pierres plates probablement utilisées comme plan de travail, des marteaux pour écraser et broyer la nourriture et des plats en pierre pour récolter la farine obtenue. De très nombreux fragments d'os ont été retrouvés, probablement les restes des animaux consommés.


grande pierre plate et marteau/meule.

  Cela ressemble donc terriblement à une cuisine, probablement une cuisine commune pour un groupe humain étendu, avec de nombreuses fosses-dépotoirs...

  Mais il semble que l'équipe en charge du site ne se satisfasse pas de cette explication, et considère qu'il existe une possibilité pour qu'il s'agisse d'un cimetière, compte tenu du grand nombre de fosses... Un examen approfondi des os et des tessons sera nécessaire pour déterminer avec précision la nature du site.
...
  Les os doivent être vraiment dans un sale état pour qu'il ne soit pas possible de déterminer immédiatement si il s'agit d'os humains ou animaux... Mais il ne faut exclure aucune possibilité : nous sommes peut-être en présence d'un nouveau type de pratiques funéraires inédit, consistant à broyer les morts pour les réduire en poudre avant de les enterrer avec les instruments ayant servi à la cérémonie.
  J'ironise, mais je vais avoir l'air ridicule si ils prouvent que c'est un cimetière...

Une carte et la source )
berangere: (toro)
  La quatrième campagne de fouilles de Makinokoyama (牧野小山遺跡, préfecture de Gifu, ville de Minokamo) a eu lieu du 22 novembre 2010 au 21 janvier 2011, sur une aire de 490m². Un rapport de fouilles sommaire est disponible ici.
  Cette campagne a concerné des unités stratigraphiques de l'Antiquité à la civilisation Jōmon.
  Cinq habitations semi-enterrées du Jōmon Moyen (3000 - 2000 BCE) ont été fouillées, datées par le mobilier qu'elles contenaient. Une habitation de l'Antiquité a également été retrouvée.



La suite )

berangere: (yajiri)
  「Jōmon no Mori」 (= la forêt jōmon), un parc archéologique jōmon de la ville de Sendai (préfecture de Miyagi) a proposé toute l'année des expositions saisonnières sur l'économie de subsistance jōmon, en présentant à cette occasion les différents sites fouillés dans la ville.
  Il y a eu 「La nourriture des mons ー Les habitats jōmons le long de la rivière Natori et la nourriture au printemps」, puis 「en été」, 「en automne」  et maintenant 「en hiver」.
  L'exposition du printemps présentait le site de Mikamine.
  Celle d'été insistait sur les cercles de pierres et les dogūs et le site de Yamaguchi.
  Celle d'automne était centrée sur le site de Uwano, le plus grand village jōmon de la ville de Sendai et exposait de la céramique et un pendentif en jade.
  Les plaquettes de présentation des expositions d'été et d'automne (format pdf).

  Si l'on se réfère au calendrier jōmon, dont nous parlions il y a quelques semaines, l'hiver est la période pendant laquelle les Jōmons s'adonnent à la chasse. L'exposition actuelle (jusqu'au 21 mars) a donc pour thème la chasse.
  Selon l'article (et il est nécessaire que je le traduise parce que tant de lyrisme dans le journalisme, c'est beau), l'exposition "permet de ressentir la manière de vivre des Hommes du passé, qui ont poussé à son paroxysme la sagesse permettant d'exploiter ce que la Nature avait à offrir".


  L'exposition tourne essentiellement autour des fosses-pièges, qui sont très fréquentes dans la région : 12 sites (dont Shimonouchiura, Oogainaka et Numahara A), fouillés dans le quartier de Taihaku dans la ville de Sendai ont livré environ 170 fosses-pièges.
  83 pièces sont présentées, incluant du mobilier (lithique et céramique) et des photos de fouilles, pour expliquer les techniques de chasse. Les fosses-pièges sont disposées en rang sur le versant d'une colline et on rabat les animaux vers celles-ci. On en distingue de deux types :
- les premières mesurent 1 à 2,5 m de long pour 1 m de large et étaient vraisemblablement destinées à prendre à la fois des sangliers et des cerfs
- les secondes, qui mesurent 2 à 3 m de long pour seulement 20 cm de large, permettaient de piéger les cerfs.



La source : le kahoku (a change) )
berangere: (rizière)
  À croire que Mainichi a des actions dans le site de Makimuku (peut-on coter un site en bourse ?).
  L'article d'aujourd'hui reprend presque mot pour mot ceux de la semaine dernière et relate de nouveau la découverte du trou plein d'offrandes à proximité d'un bâtiment, offrandes probablement venues de l'intégralité du (grand) royaume d'un souverain contemporain de Himiko (l'article précisant dès le départ que Makimuku est très probablement la capitale du Yamatai, cette phrase peut être lue "oui, on voudrait pas trop se mouiller, mais merci de comprendre que ce souverain est clairement Himiko elle-même")
  Mais il semblerait que les résultats annoncés la semaine dernière n'aient pas été complets car la liste des espèces retrouvées est un peu plus longue :


berangere: (Default)
  Devant le manque flagrant d'actualités sur le Néolithique japonais (et pourtant, avec 12.000 ans, je ratisse large...), continuons notre croisade dont le thème est 「Sannai Maruyama n'est pas le centre du monde」 (évidemment non, puisque c'est le Mont Fuji, qui doit bien être à 800 kilomètres), sponsorisée par le mouvement de résistance contre le monopole de Sannai Maruyama dans les médias occidentaux.

  Pour la première fois en français et en couleurs : le site de Wadai !

Par ici ! )


berangere: (Default)
  L'exposition qui a ouvert hier pour présenter les résultats des recherches sur le site de Makimuku a dû réussir l'exploit de ne pas mentionner une seule fois les mots "Yamatai" et "Himiko"*, parce qu'aucun des articles qui la relatent n'y fait allusion.
  On parle même d'un "roi" et non d'une reine, pour évoquer la taille du territoire contrôlé par cette personne, que l'on peut déduire des provenances géographiques diverses des offrandes retrouvées dans la fosse.
  Complément d'information sur les données d'hier : 80% des os d'animaux retrouvés étaient des os de poissons, et 70% de ces os de poissons étaient des os de poissons d'origine marine. Le site est à une petite quarantaine de kilomètre de la mer, ce qui représentait à l'époque une distance assez importante en ce qui concerne l'acquisition de nourriture.
  On apprend également que le mobilier en bois retrouvé était essentiellement fabriqué en cyprès hinoki, qui est un bois très dur, difficile à travailler et peu utilisé pendant la période Yayoi, pendant laquelle le fer, s'il est connu, reste peu répandu. L'utilisation de ce bois suppose l'utilisation d'outils en fer, qui sont une preuve de plus de l'importance du site.

Les sources )

* contrairement au documentaire de ce soir sur la NHK qui présentait clairement le site comme la capitale du Yamatai, même s'il se gardait de conclure sur l'emplacement de ce pays hypothétique.

berangere: (Default)
  Le Comité d'Éducation de la préfecture de Fukuoka a annoncé vendredi la découverte d'un village à enceinte à Yadomi (ville de Yukuhashi), dans le cadre de fouilles réalisées avant la construction de l'autoroute de l'est de Kyūshū.
  Le village est daté du Yayoi Ancien. Le fossé est large de 3 mètres, profond de 2 mètres et forme un arc de cercle de 85 mètres de long.
Dans la zone enclose, on a retrouvé des habitations, des traces de poteaux et des fosses qui étaient probablement des silos pour le stockage de la nourriture.
  Autour du village s'étendaient probablement de riches rizières irriguées par la rivière Ima.

Source : Mainichi (qui ne parle pas *que* de Makimuku) )
berangere: (Default)
  Dire qu'on peut passer des jours sans une ligne sur l'archéologie*... Les journaux se rattrapent ce soir. Ou alors c'est le département des relations publiques du Comité d'Éducation de la préfecture de Nara qui rentre de vacances.



  Makimuku (préfecture de Nara, ville de Sakurai), un candidat sérieux pour le titre de capitale du Yamatai. On en avait déjà parlé au sujet de cette quantité astronomique de noyaux de pêche retrouvés dans un trou (et d'autres petites choses accessoires).
  La fosse mesure 4,3 mètre du nord au sud, 2,2 mètres de l'est à l'ouest, pour une profondeur de 80 centimètres. Elle a été retrouvée à 5 mètres au sud d'un bâtiment de grande ampleur daté de la première moitié du IIIè siècle (après) (Yayoi Récent) et l'hypothèse a été avancée qu'elle était liée à un rituel pratiqué lors de l'abandon du bâtiment, vers le milieu du IIIè sicèle.

  Quatre mois plus tard, les 400 sacs de sable sortis de ce trou ont été tamisés et les restes retrouvés analysés : plus de 1000 fragments osseux (dents comprises) et 9760 restes végétaux (pollens compris) (et du mobilier en céramique et en bois qui n'intéresse absolument pas les auteurs des nombreux articles sur la question).



  Miyaji Atsuko, professeur associé à l'Université Féminine de Nara (archéologie environnementale) s'est chargé de l'analyse des os et des dents ;
  Kanehara Masaaki, professeur à l'Université d'Éducation de Nara (archéobotanique) s'est vu confié les graines et le pollen.


  Et nous avons enfin une réponse à cette question qui est sur toutes les lèvres "Mais que mangeait donc la reine Himiko ?"

Les os de poissons comprenaient de la dorade japonaise (Pagrus major), de la dorade royale (Sparus sarba), des carangidées (Carangidae), du maquereau espagnol (Scomber japonica - remarquez la formidable concordance entre le nom vernaculaire et le nom latin...) et des cyprinidées (Cyprinidae).
Les seuls mammifères représentés sont le cerf japonais (Cervus nippon), le sanglier (Sus scrofa) et la souris (Muridae, qui n'est peut être pas arrivée là par la volonté de l'homme...) (non, mais quand même "ô puissant dieu, veille sur moi, reçois en échange ce majestueux cerf, ce puissant sanglier et... cette souris" ? voilà...).
Pour les oiseaux, on trouve uniquement des anatides (des canards), et le règne animal est encore représenté par 10 variétés de grenouilles (finalement, oubliez ce que j'ai dit sur les souris, on ne sait jamais...)

73 sortes de végétaux ont été retrouvés, dont la moitié environ correspond à des espèces comestibles.
En plus des 2765 noyaux de pêche, nous avons également du riz (Oryza sativa), du chanvre (Cannabis), du mûrier (Broussonetica kazinoki x papyfera), du melon (Cucumis melo) de la gourde (Lagenaria sicenaria) et du millet des oiseaux (Setaria italica).
On retrouve également des végétaux utilisés dans la fabrication de la liqueur de fruits : le sureau (Sambucus sieboldiana) et le kiwai (ou kiwi de Sibérie, Actinidia arguta).
L'analyse des pollens indique la présence d'une grande quantité de pêchers à proximité.

  Selon Wada Atsumu, professeur émérite à l'Université d'Éducation de Kyōto, "il est nécessaire d'envisager que le tout ait été des offrandes de nourriture et de boisson faites aux dieux, et il est intéressant de remarquer que les produits ont des origines (géographiques) très variées. Cela conforte l'hypothèse selon laquelle Makimuku n'est pas un simple village agricole, mais se rapproche plus d'un centre urbain". (insérez ici le mot 「Yamatai」 en rouge qui clignote dans l'esprit de toutes les personnes qui entendent ou lisent cette remarque)

  Hashimoto Teruhiko, responsable (du centre) des propriétés culturelles parle d'une "découverte excessivement rare. Il n'existe pas à notre connaissance d'autre trou de ce genre, réunissant un mobilier aussi varié". Il ajoute qu'il s'agit "probablement d'un rituel en relation avec une personne possédant un très grand pouvoir". (insérez ici le mot 「Himiko」 en rouge qui clignote dans l'esprit de toutes les personnes qui entendent ou lisent cette remarque).

Les nombreuses sources + une photo supplmentaire )


*C'est inexact. Il y a des articles sur l'archéologie tous les jours. Mais qui traitent de périodes qui ne rentrent pas dans le thème défini pour ce blog.

Profile

berangere: (Default)
bérangère

Custom Text

Syndicate

RSS Atom

February 2016

S M T W T F S
 123456
78910111213
1415 1617181920
21222324252627
2829     

Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags