berangere: (toro)
  L'actualité archéologique ne suspend pas son vol pendant les semaines où je n'ai pas le temps de la relater... Heureusement que je me concentre uniquement sur deux civilisations, ça limite les articles en retard.
   Donc, il y a bien une semaine et demie, le centre de recherches sur les propriétés culturelles enterrées de l'Université de Ehime annonçait la découverte de nombreuses habitations de plain-pied datées de la fin du Jōmon Final (800-700 BCE) sur le site de Bunkyō (文京遺跡, campus de Shirokita, quartier de Bunkyō, ville de Matsuyama, préfecture de Ehime). C'est la première fois que l'on retrouve ce type d'habitations pour cette période dans la préfecture.

   Il s'agit de la 45è campagne de fouilles (premières fouilles en 1975) sur le site de Bunkyō (hello, chantier-école idéalement placé sur un campus), qui correspond à un village important de la plaine de Matsuyama, du Jōmon jusqu'au Kofun. La zone fouillée cette année depuis mars s'étend sur 1.400 m², à 80 mètres environ au nord des vestiges d'un très grand village du Yayoi. On y a trouvé les vestiges de dix (10) habitations de plain-pied, plus ou moins circulaires.
   Ces habitations sont nombreuses dans l'est du Japon et sur Kyūshū pour cette période, mais très rare dans le Chūshikoku (région qui, comme son nom l'indique, rassemble le Chūgoku (中国) et Shikoku (四国), pourquoi n'ai-je pas simplement cité ces deux régions au lieu d'expliquer sur deux lignes une contraction dont le but est de gagner de la place ?). En fait, les habitations du Jōmon en général sont rares dans la préfecture de Ehime et cette découverte permet de combler un peu le désert de données auquel nous sommes confrontés.

  Comme j'ai tardé à taper ce compte-rendu, l'article dont il est tiré a été supprimé du site du journal.
Mais il y a ici un pdf des documents fournis pendant la conférence sur site de la semaine dernière. Et ici une représentation des habitations sur le plan de fouilles.

berangere: (Default)
   Le site de Yuri (ユリ遺跡, préfecture de Fukui, groupement de Mikatakaminaka, ville de Wakasa, Torihama) fait partie d'un groupe de neufs sites jōmons installés sur les bords de la rivière Hasu avant que celle-ci ne se jette dans le lac Mikata. Le plus célèbre de ces sites est l'amas coquillier de Torihama, occupé du Proto-Jōmon au Jōmon Ancien, mais Yuri est également assez connu à cause de la découverte en 1990, 1991, 2006 et 2007 de neuf pirogues monoxyles. Neuf, c'est somme toute remarquable.

  Jusqu'à présent, le site n'avait livré aucune trace de vie quotidienne, et on pensait que les pirogues avaient été abandonnées et s'étaient échouées sur la rive. Une nouvelle zone du site est en cours de fouilles (depuis le 2 août et jusqu'à début septembre), à 20 mètres environ au nord de l'endroit où on a trouvé les pirogues en 2006 et 2007. La zone fouillée ne mesure que 80 m² mais on y a découvert un ensemble de trous de poteaux arrangés en cercle de 6 mètres de diamètre, qui semblent être les vestiges d'une habitation ronde de plain-pied. Vers le centre de l'habitation, une dépression aux parois de terre rougie par la chaleur indique la présence d'un foyer.
  Les pirogues monoxyles avaient été trouvées dans un couche de sable datée du Jōmon Récent, mais l'habitation relève elle d'une occupation du Jōmon Moyen au Jōmon Récent (2.500 - 1.500 BCE).
  Le site de Torihama, distant de 500 mètres à peine, a livré des habitations semi-enterrées, mais le site de Yuri est situé plus en aval et, le niveau de l'eau du lac Mikata étant plus élevé à l'époque, en creusant le sol de l'habitation on aurait probablement atteint le niveau piézométrique : le site était à lors à environ 20 mètres de la rive du lac. Le terrain est encore aujourd'hui marécageux, occupé par des rizières.

  Les fouilles ont également permis de dégager d'autres trous de poteaux, laissant supposer la présence de plusieurs habitations. On a aussi retrouvé un groupement d'une dizaine de pierres grosses "comme un visage humain" dont la fonction reste inconnue (l'article ne fait aucunement allusion à une fonction rituelle, c'est presque un miracle en soi). Il y avait assez peu de mobilier, et rien que de très typique de la civilisation Jōmon : poids de filet en pierre, pierres à moudre et pointes de flèches.
  Des fouilles menées l'année dernière un peu plus au nord (à une altitude plus élevée) n'avaient pas permis de détecter d'habitat.



La source... )

Profile

berangere: (Default)
bérangère

Custom Text

Syndicate

RSS Atom

February 2016

S M T W T F S
 123456
78910111213
1415 1617181920
21222324252627
2829     

Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags