berangere: (rizière)
Ils ont des champs de riz rouge !


Yoshinogari, hier... et il y a 2000 ans.

Récolte prévue pour la mi-octobre.
berangere: (Default)
  Gossakaito, le site archéologique avec le meilleur service de presse au monde !
J'ai l'impression qu'il ne se passe pas une semaine sans que soit publié un article à son sujet. Il va finir par surpasser le battage médiatique du mythique* site de Sannai-Maruyama !

*malgré l'utilisation de ce qualificatif, il est de notre devoir de préciser que Sannai-Maruyama existe. Pour ceux qui en douteraient, il est possible de se référer à... 100% des articles en langue occidentale sur la protohistoire japonaise, qui ne manqueront pas de vous instruire des qualités exceptionnelles de ce site.

  Brefle, Gossakaito, Yayoi Récent (milieu du Ier-IIè siècle), artisanat du métal.
Nous avions précédemment mentionné la volonté du Comité d'Éducation municipal de lancer une opération d'archéologie expérimentale et de reconstitution de grande envergure. Le site est à présent opérationnel. Plusieurs foyers sont en activité, qui permettent de faire des mesures de température, d'observer l'évolution du sol brûlé sous-jacent... de faire la cuisine, etc.

Les problématiques abordées lors des expériences de la semaine dernières étaient :
- peut-on travailler un clou chauffé avec du charbon fabriqué en éteignant un feu avec de l'eau et du sable ?
- est-ce que les traces de ce que l'on a identifié comme des foyers de cuisine sont effectivement les mêmes que celles obtenues faisant cuire du riz dans une poterie yayoi (non, mais pas une vraie, une copie !) ?
- quels sont les matériaux que l'on peut utiliser pour fabriquer des soufflets pour augmenter la température des soufflets ?

Les soufflets (que nous avions déjà évoqués) ont été fabriqués en peaux de vache. Les tuyaux de ventilation sont des tiges de lotus sacré.
 

Le bois utilisé est du chêne du Japon (Quercus acutissima) et du chêne à feuilles de châtaigniers (Quercus serrata).
Les expérimentateurs se sont servi d'un marteau et une enclume en granite (pierre disponible à proximité du site et correspondant aux découvertes archéologique).

Lors de la première expérience, le foyer de charbon a été ventilé pendant une heure avec le soufflet et est monté à 883°C. Un clou y a été inséré. Porté au rouge, il a pu être travaillé avec l'enclume et le marteau de pierre, jusqu'à devenir pointu et tranchant (ノ^^)八(^^ )ノ



Lors de la deuxième expérience, le foyer est monté à 1100°C en 20 minutes seulement !

Les foyers "de cuisine" utilisant du bois et non du charbon, chauffent entre 500 et 600°C, et permettent de faire cuire du riz dans un pot en terre, sans nécessité de ventilation cette fois.

Les traces laissées par les foyers sont conformes à celles découvertes sur le site, les foyers de métallurgie laissant de grandes marques rougeâtres avec un centre blanc, et un sol très dur. Elles diffèrent des traces laissées par les foyers de cuisine, utilisant du bois, qui sont caractérisés par une couleur noire.

L'expérience est tout à fait concluante.
Itou Hiroyuki (50 ans), responsable de la section des sciences sociales du Comité d'Éducation municipal, a déclaré que les lacunes dans nos connaissances quant à la métallurgie de l'époque pourraient probablement être comblées pour une grande part grâce à ce type d'expérimentation, dans la mesure où les traces sont très semblables à celles retrouvées lors des fouilles.
Ishino Hironobu (76 ans), conservateur du musée archéologique préfectoral, qui n'était pas convaincu au départ que l'on pourrait travailler le métal avec ce type de foyer, est ravi des résultats de l'expérience, et s'enflamme même en se demanant si Gossakaito n'était pas le centre de production de tout le mobilier métallique de l'est du Setouchi.

Brefle, l'archéologie expérimentale a fait de nombreux adeptes. Dès lors qu'elle va dans le sens de nos théories, tout le monde adore l'archéologie expérimentale :*:・( ̄∀ ̄)・:*: C'est quand les résultats ne sont pas conformes aux prévisions que les dents grincent...

Les sources... )

 

 

berangere: (yoshinogari)
Le 24 juin, la moitié de l'Europe allume de grands feux et saute par dessus, et le Japon s'amuse à modifier les noms de sites archéologiques.
Chacun ses petites traditions rigolotes.
Donc, le 24 juin (2010) le site de Kaito (dont nous avons déjà parlé ici et )est devenu le site de Gossakaito. Pourquoi pas après tout, ils s'amusaient déjà bien à changer les noms et les limites administratives des villes il y a quelques années.

Gossakaito (Hyôgo-ken, Awaji-shi), donc, ce sont 23 bâtiments semi-enterrés dont 12 identifiés comme des ateliers d'artisanat du métal, le site de production métallurgique le plus étendu retrouvé à ce jour pour le Yayoi Récent (milieu du Ier siècle - début du IIIè). Malgré son importance, il n'a pas encore obtenu le titre de "site historique d'un intérêt national" (probablement en raison d'une lenteur administrative) et a donc décidé de se lancer dans des opérations de grande envergure afin de le conquérir (le titre).

Plutôt que la construction d'un musée associé au site (pourtant très à la mode, même pour des sites de moindre ampleur), le Comité d'Éducation de la ville de Awaji a décidé de se lancer dans l'archéologie expérimentale.
Une réplique du plus grand des bâtiments de Gossakaito va donc être bâtie, et elle abritera un véritable atelier de métallurgie Yayoi.



Plutôt charmant. En tant qu'adepte de la reconstitution historique, j'y passerais bien un week-end...

Depuis quelques temps déjà des expérimentations sur les techniques de métallurgie sont menées sur le site sur lequel l'atelier va être bâti. Au Yayoi Récent, on trouve les premières traces concrètes d'un travail domestique de minerai de fer (le minerai lui-même étant importé de la péninsule coréenne et de la Chine). Les feux utilisés sont des foyers ouverts, alimentés suffisamment en combustible pour produire des braises. Les braises sont étalées sur le sol et on y enfouit le bloc de fer. La température est ensuite augmentée à l'aide de soufflets.

Les expérimentations menées sur le site de Gossakaito ont prouvé que cette méthode permettait de produire des lames en fer.
Les soufflets ont été réalisés à partir de peaux et de roseaux.



Cette méthode produit les mêmes traces sur le sol que celles observées dans les ateliers du site archéologique.

Pour le moment, le site est réservé aux spécialistes de l'archéologie expérimentale, mais à partir du mois de novembre il sera ouvert au public et accueillera également des groupes scolaires.
Probablement le premier atelier de métallurgie Yayoi équipé d'une alarme à incendie et d'un extincteur...


une source (qui ne restera peut-être pas disponible indéfiniment)

Profile

berangere: (Default)
bérangère

Custom Text

Syndicate

RSS Atom

February 2016

S M T W T F S
 123456
78910111213
1415 1617181920
21222324252627
2829     

Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags