berangere: (Default)
   Jusqu'à présent il était communément admis que l'arbre à laque (Toxicodendron vernicifluum, précédemment nommé Rhus verniciflua) était une espèce allogène au Japon, importée (très tôt il est vrai) probablement de la Chine continentale.

   L'analyse de plus de 5.000 échantillons de branches, brindilles, éclats et d'objets laqués découverts dans l'amas coquillier de Torihama (dont on entend décidément beaucoup parler ces derniers temps...) par l'équipe du professeur Suzuki Mitsuo de l'Université du Tōhoku tendrait à prouver qu'il aurait existé à l'état sauvage sur l'archipel dès le Proto-Jōmon.
   Parmi ces restes végétaux se trouvait une branche d'arbre trouvée pendant la campagne de fouilles de 1984, mesurant 17 cm de long pour un diamètre de 1 cm environ.

   Une observation au microscope d'une coupe de cette branche, réalisée avec le concours de l'Institut de Recherche Multidisciplinaire sur les Forêts de Tsukuba (préfecture de Ibaraki) a permis de déterminer qu'il s'agissait d'une branche d'arbre à laque (Toxicodendron vernicifluum).


L'identification est évidente.
(Je n'en ai en fait aucune idée, mes connaissances en botanique sont proches du zéro. J'ai déjà du mal à distinguer la plupart des pollens entre eux, alors les coupes d'arbres...)

   Une datation au carbone 14 par le Musée National d'Histoire et d'Ethnologie de Sakura (préfecture de Chiba) a situé l'âge de l'échantillon entre 12.700 et 12.600 ans, ce qui correspond bien à la couche Proto-Jōmon du site de Torihama dans laquelle il a été découvert.

  Précédemment, les plus anciens spécimens d'arbre à laque au Japon étaient datés de 6.000 BP (trouvés sur les sites de Sannai Maruyama dans la préfecture d'Aomori et Ondashi dans la préfecture de Yamagata). En ce qui concerne les objets laqués, ceux du site de Kahodo en Chine (notez qu'il s'agit de la prononciation japonaise du nom du site), datés de 7.000 BP ont longtemps été les plus anciens retrouvés au monde. En 2001 toutefois, la découverte d'objets laqués datés de 9.000 BP sur le site de Kakinoshima B sur Hokkaidō a fait tomber ce record. À cette époque déjà la théorie d'une origine indigène de l'arbre à laque avait été avancée.

  Selon Okamura Michio, du Centre de Recherche sur les Propriétés Culturelles de Nara, il est peu vraisemblable que l'arbre ait été importé et cultivé si tôt dans la chronologie Jōmon. Ockham aurait tendance à nous indiquer qu'il est plus probable que l'espèce ait été indigène.

  La NHK a un reportage en ligne ! (pour un temps indéterminé) Le spécimen présenté est beaucoup plus petit que celui dont parlent les articles...

Les sources )



 



berangere: (jomon doki)
  Le Musée National de Nara propose jusqu'au 13 février une exposition du matériel retrouvé à Ondashi (préfecture de Yamagata).

  Yamagata, ce n'est pas vraiment juste à côté de Nara.



  Mais le mobilier exposé est assez exceptionnel pour justifier une expo itinérante.
  Ondashi est un site d'habitat de la deuxième moitié du Jōmon Ancien (vers 3500 BCE), fouillé depuis 1985.
Il a livré les 「plus anciens artefacts laqués entiers au monde」 (oui, parce que des traces de laque on en a avant, mais là, les objets sont entiers) (on trouve toujours le moyen d'être le plus ancien quelque chose au monde, comme je le faisais déjà remarquer précédemment) (mais cessons là ces remarques ironiques, qui pourraient laisser penser que je remets en cause le caractère exceptionnel du mobilier découvert à Ondashi, ce qui n'est absolument pas le cas).

Une vingtaine de pots de type saishitsu sont exposés à Nara.



  Motifs noirs sur fond rouge, je compatis avec ceux à qui cela rappelle de douloureux souvenirs de cours sur la céramique grecque...
La plupart de ces pots ont le statut de 「propriété culturelle d'importance」 MAIS ! Malgré tout le poids que la typologie céramique peut avoir dans l'archéologie japonaise, l'exposition devra essentiellement sa popularité auprès du grand public à ça :




Des décors d'habitation ? Des masques rituels ?  Des fragments de dogū ? Que nenni !

Une autre image ?




Ça, ce sont les 「très célèbres biscuits jōmons de Ondashi」 !

Et on en a retrouvé un grand nombre :



(Ici dans leur vitrine dans la préfecture de Yamagata)

  Ils sont composés d'un mélange de farines de châtaigne et de noix, auxquelles on a ajouté du sang et de la viande de cerf ou/et de sanglier, ainsi que des œufs. Ces biscuits sont décorés de motifs curvilignes. On en vient à se demander s'il y avait des choses que les jōmons ne décoraient pas...

  Iwato Akiko, qui travaille au Musée National de Nara "veut faire ressentir aux gens qu'au
Jōmon, qui est envisagé comme une époque sauvage, existaient un art et une spiritualité de haut niveau".
  Dans un pays où 90% des émissions de télé sont totalement ou partiellement dédiés à l'appréciation la nourriture, nul doute qu'elle va atteindre son but.


Le Mainichi !  )

Profile

berangere: (Default)
bérangère

Custom Text

Syndicate

RSS Atom

February 2016

S M T W T F S
 123456
78910111213
1415 1617181920
21222324252627
2829     

Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags